Côte d'opale

Louis SCLAVIS

Du
au

@page { size: 21cm 29.7cm; margin: 2cm } p { direction: ltr; text-align: justify; orphans: 2; widows: 2; background: transparent } p.western { font-family: "Arial", serif; font-size: 12pt } p.cjk { font-family: "Times New Roman"; font-size: 12pt } p.ctl { font-size: 10pt } a:link { color: #0000ff; text-decoration: underline }

Musicien rare (clarinettiste), musicien “phare” du Jazz européen, Louis SCLAVIS est de retour au JAZZ-CLUB !

Après le quartet SILK et le trio ATLAS en 2015, le quartet « Characters on a wall » en 2019, il nous revient à la tête d'un nouveau quartet pour nous présenter son projet « Les Cadences du Monde », accompagné de jeunes musiciens de très grand talent : Annabelle LUIS (violoncelle), Bruno DUCRET (violoncelle), Prabhu EDOUARD (percussions indiennes).

Musicien reconnu dans l'Europe entière et au-delà, clarinettiste incontournable, devenu référence en matière de musique improvisée, Louis SCLAVIS est un compositeur attentif aux personnalités des musiciens qu'il invite à jouer avec lui. Boulimique d'aventures musicales sans frontières, à l'aise dans tous les contextes, de l'improvisation à la musique savante, il a joué, depuis les années 70, avec de nombreux musiciens et pour des projets très différents : Le Workshop de Lyon, L'Arfi, le Marvelous band, la Marmite Infernale, … puis il intègre le quartet d'Henri Texier, la Compagnie Lubat, le Brotherhood of Breath de Chris Mac Gregor, Michel Portal en duo et des musiciens européens comme Tony Oxley, Evan Parker, Peter Brotzman, Enrico Rava, Tomasz Stanko, …

En 1984, il forme ses premiers groupes, quartet, trio, sextet avec lesquels il enregistre pour différents labels. Il compose également pour le cinéma, la danse et le théâtre, et travaille avec Jacques Bonnaffé, Guy le Querrec et Ernest Pignon-Ernest pour son dernier projet.

« Le fil d'Ariane déroulé par Louis SCLAVIS tout au long de ses voyages et de ses aventures musicales l'amène tout naturellement à l'écriture de mélodies originales, nourries ici et là par une audace sonore et une esthétique intemporelle bien connue du public.

Son nouvel album “Les Cadences du Monde” ressemble à un écrin bouillonnant de musiques imagées et inspirées par l'ouvrage photographique “L'Usure du monde” de Frédéric Lecloux. Il en jaillit onze titres qui nous redonnent des yeux d'enfants, invitant nos rêves à refaire surface.

Le mariage acoustique de la clarinette, du violoncelle et des percussions est à l'honneur… La formule choisie par Louis SCLAVIS prend tout son sens ici laissant libre court à une grande liberté dans l'interprétation instrumentale »

Rédigé le 29 juillet 2022 par Mathieu

S'y rendre