Côte d'opale

À visiter de la Côte d'opale

Arc International

Zone Industrielle - RN 43
62510 Arques

Elle fait toute la fierté de la ville, c’ est le leader mondial des Arts de la Table, la Verrerie Cristallerie d’Arques vous accueille au sein de sa surprenante structure dans la région Audomaroise.

Créée en 1825, la Verrerie Cristallerie d’Arques fut à l’origine de la fabrication automatisée du cristal grâce aux fours à bassin. Cette révolution technologique fut inspirée des Etats-Unis, puis des machines à souffler ont peu à peu été installées. Vers 1950, les innovations se poursuivent car des machines à décor voient le jour et donneront naissance à la première marque de l’entreprise : Luminarc. Grâce à la première révolution industrielle, les machines se perfectionnent et l’on voit alors apparaître les tous premiers verres à pied. Les produits seront commercialisés sous la marque Cristal d’Arques Paris vers 1968.

C’est seulement en 2000 que la Verrerie Cristallerie d’Arques devient Arc International après avoir créé des filiales de ventes et de production notamment aux Etats-Unis, en Italie et en Espagne. Arc International est aujourd’hui un groupe mondialement connu, créateur, producteur, distributeur, toujours plus innovant et soucieux du développement durable.

Partez à la découverte de la conception de ces produits d’élégance au fil d’une visite guidée de cette chaleureuse structure. L’entreprise vous sera d’abord présentée ainsi que son histoire, puis la fabrication du verre n’aura plus aucun secret pour vous grâce à la projection d’un film, enfin, vous entrerez dans la pratique avec la visite d’une authentique unité de production.

N’oubliez pas de faire un saut au magasin d’Arc, qui propose ses propres produits tous chauds sortis du four.

Les verres de la société Arc, entreprise lauréate des Trophées Développement Durable de Carrefour en 2012

Ascenseur à bateaux des Fontinettes

Rue de l'Ascenseur
62510 Arques

Situé dans la ville d’Arques, cet ascenseur à bateaux est l’unique en France. Construit entre 1881 et 1887 ce dernier a pour but de remplacer une échelle de 5 écluses sur le canal de Neufossé, en effet il été impossible pour les bateaux de franchir le dénivelé de 13,13 mètres qui sépare l’Aa de la Lys.

Imaginé par les ingénieurs Bertin et Edwin Clark, l’ascenseur à fonctionnement hydraulique était composé de deux sas d’eau qui s’équilibraient l’un l’autre et qui pouvait ainsi monter et descendre les péniches. C’est durant l’année 1967 que le dernier bateau passe par l’ascenseur. Classé Monument Historique en 2014, le site a échapper à la démolition douze ans après sa cessation d’activité, grâce à une association Arquoise.

Maintenant visitable, le musée comprend 3 salles (une salle d’exposition, la forge et la salle de vidéo, et l’atelier de réparation) qui pourront ravir les curieux.

Arques

L'Abbaye St Paul

50 rue de l'Ecole
62219 Wisques

Située dans le petit village de Wisques à 7 kilomètres de Saint-Omer, l’Abbaye Saint-Paul offre la possibilité d’une visite des plus intéressantes, tant au niveau historique qu’architecturale. L’Abbaye, aussi surnommée “le grand château” à été construite sur le site de l’ancien château de Wisques, édifié après la guerre de 100 ans. De cette époque, il ne reste que le donjon, couronné de deux tourelles et quatre tours (fin du 15ème siècle), une petite cour à l’ouest et la grosse tour Saint-Bertin (début 15ème). Le bâtiment sera complété ensuite au 18ème siècle par un logis et un porche tout à fait caractéristiques du pays. La confrérie bénédictine s’y installe au 19ème siècle. En 1930, on ajoutera une série d’éléments modernes.

Le “poète de la brique”, Dom Bello, architecte de Hollande, très influencé par l’école d’Amsterdam, y ajoute un cloître et un réfectoire aux proportions élégantes, jouant finement sur les matériaux de construction. Joseph Philippe complétera l’ensemble avec une chapelle (en 1957) puis une hôtellerie (en 1968). D’abord prévue pour être une bibliothèque monastique, la chapelle de Joseph Philippe est admirable pour son chœur, abritant un magnifique drapé de briques.

Outre des visites guidées, il est possible de profiter des céramiques confectionnées par les moines et commercialisées dans la boutique située près de la poterie. Enfin, il est possible d’assister à des messes en grégorien.

L'Eglise Notre-Dame

Rue de Croy
62100 Calais

Victime de bombardements et de plusieurs campagnes de construction, le plus vieil édifice de Calais se dresse aujourd’hui rue de Croy.

A l’origine de sa construction, au 13e siècle, Adrien de Wissant, fit ériger l’église à l’emplacement de l’actuel transept. De longs projets d’agrandissement ont alors été entrepris jusqu’au 16e siècle et c’est sous l’occupation anglaise que les parties hautes de la nef, le chœur et le clocher furent crées.

De style Tudor, cette église a su profité de ses influences britanniques pour se finaliser au 17e siècle ; une chapelle ainsi qu’un retable baroque ont alors été ajoutés.

Témoin d’une architecture médiévale, l’église Notre-Dame de Calais présente également une tour massive supportant le clocher au croisement du transept et de la nef.

En vous dirigeant sur le côté Nord de la nef, vous noterez la présence d’une citerne d’une contenance de 1800 m3 qui servait à recueillir l’eau de pluie, construite par Vauban en 1691 pour subvenir aux besoins de la population en cas de siège.

C’est dans cet édifice que le mariage du général de Gaulle et d’Yvonne Vendroux fut célébré en 1921.

Rien n’a pu empêcher les bombardements des alliés durant la 2de guerre mondiale, une semaine avant la libération de la ville, ce qui a valu à cet édifice l’effondrement du clocher sur le transept et les graves endommagements du retable.

Depuis, l’église connaît une importante phase de restauration ce qui permettra aux visiteurs d’apprécier toute l’originalité de son architecture.

Kerk 'Notre-Dame'

L'Eglise Saint-Jean-Baptiste

26 place du marché aux chevaux
59630 Bourbourg

De style gothique, la construction de cette église débuta au XIIIème siècle, sur les plans de l’ancien couvent. Plusieurs fois remaniée, elle s’effondra à la suite d’un incendie lors de la Seconde Guerre Mondiale. Sa restauration demanda beaucoup de temps et reste encore inachevée.


La partie la mieux conservée reste, incontestablement, le portail en forme d’arc tréflé, ses colonnettes ainsi que sa Nef romane du XIIème siècle. Les éléments de décoration du chœur gothique du XIIIème siècle, tels que les sculptures des chapiteaux et la clef de voûte à l’effigie de Saint Jean-Baptiste, patron de la paroisse, sont d’une extrême finesse. Le chœur ogival a été classé Monument Historique en 1920. Située à la croisée du transept, la tour massive abrite un carillon.


L’Eglise possède aussi de magnifiques vitraux d’Art des Gobelins.

Le grand vitrail du fond de l’église, situé au dessus du portail, représente le baptême de notre Seigneur par Saint Jean-Baptiste. Douze vitraux représentent des faits de l’histoire religieuse de Bourbourg comme l’attentat contre la Statue de Notre Dame de Bourbourg en 1383, l’incendie de l’Eglise le 25 mai 1940 ou encore la Fondation de l’Hospice St Jean pour accueillir les pèlerins à Notre Dame de Bourbourg.


Il est possible de découvrir tous ces éléments lors d’une visite guidée.

Bourbourg, Nord, Flandre, Hauts-de-France, Église St.-Jean-Baptiste, shrine of Our Lady, detail

L'Eglise St Eloi et son Beffroi

Rue Amiral-Ronarc’h
59140 Dunkerque

Édifié au XIIIème siècle pour servir de Tour de Guet, le beffroi était aussi un repère pour les pêcheurs du bourg de Dunkerque.

C’est en 1440 que le Seigneur de Dunkerque, Robert de Bar, décida de surélever la tour à sa hauteur actuelle soit 58 m et d’en faire le clocher de l’église Saint Eloi, bâtie conjointement.

Le carillon actuel date de 1962, le précédent ayant disparu en 1940 lors de l’immense brasier qui détruisit la ville et les planchers du beffroi. Il se compose de 48 cloches dont le poids total s’élève à environ 16 tonnes, le bourdon “Jean Bart” pesant 7 tonnes à lui seul.

Classé au patrimoine de l’UNESCO en 2005, le beffroi se compose de 6 étages et s’amincit graduellement : il mesure 15 mètres de large à la base et 8 mètres au sommet. Vous y trouverez l’office du tourisme de la ville à ses pieds et en prenant l’ascenseur vous découvrirez les plus importants monuments de Dunkerque grâce à la vue panoramique. Le Cénotaphe, situé à la base du beffroi, rend hommage à toutes les victimes des guerres.

Construite au 15e siècle, l’église St Eloi se présentait sous la forme d’une croix latine avec un transept.

En 1558, lors de l’occupation espagnole, les ennemis français, commandés par le Maréchal des Thermes, envahissent la ville, brûlant et dévastant tout sur leur passage, seule la tour échappe à la destruction. Une nouvelle église fut reconstruite sous une forme différente (style gothique). Seule une voûte reliait l’église au beffroi laissant le passage aux piétons.

C’est seulement en 1787 que l’église fut séparée définitivement du beffroi. Il fallut donc l’embellir d’une façade. La première fut conçue par l’architecte parisien Victor Louis. Celle d’aujourd’hui date de 1894 et fut réalisée par Van Moë.

Cette église subit de nombreux dégâts lors des deux guerres et fut restaurée à l’issue de chacune d’elle.

Elle est classée monument historique depuis 1916.

ST ELOI - DUNKERQUE

L'Hôtel de Ville

62100 Calais

C’est face au Parc St Pierre, sur un grand espace sablonneux appelé autrefois « la plaine du Sahara », que les villes de Calais et de St Pierre ont décidé de donner naissance à l’hôtel de ville de Calais, symbole de leur réunification.

L’architecte Louis Debrouwer fut à l’origine de sa construction dès 1912. Il décida de structurer le bâtiment en béton armé et de l’ habiller de briques creuses rouges de Courtrai ainsi que de sculptures en pierres blanches.

De style néo-flamand, le bâtiment présente un majestueux Beffroi haut de 75 mètres classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2005. Ses magnifiques vitraux retracent la libération de Calais de la domination anglaise par le Duc de Guise.

L’hôtel de ville est également très connu depuis le mariage du Général de Gaulle et d’Yvonne Vendroux pour en avoir été le théâtre. On y trouve la splendide salle des mariages, le grand salon, la salle du conseil et le salon d’apparat dans le Beffroi.

Calais, mars 2017

L'Hôtel de Ville

Place Charles Valentin
59140 Dunkerque

Dunkerque édifia son premier Hôtel de ville en 1233 sur la place d’Armes devenue la place Charles-Valentin, un second en 1564 qui brûla en 1642 ; le troisième fut reconstruit en 1644 et ne disparut qu’à la fin du siècle dernier. L’actuel édifice a été conçu par l’architecte lillois Louis Cordonnier dans le but d’agrandir l’hôtel de ville existant. Terminé en 1901, il est inauguré solennellement en présence du Tsar Nicolas II et de son épouse.

Détruit durant la guerre 1939/1945, il est reconstruit à la libération dans le même style Renaissance Flamande. Il se compose principalement de briques rouges et de pierres. Mesurant 56 m de haut et 27 m de large, son beffroi s’élève à 75 m. Six statues de personnages ayant marqué l’existence de la ville ornent la façade.

Son portail est dominé par la majestueuse statue équestre de Louis XIV, œuvre du sculpteur Lillois Edgard Boutry, pour se souvenir que la ville de Dunkerque est devenue Française grâce au Roi Soleil en 1662.

A l’intérieur, un magnifique vitrail, réalisé par le peintre verrier Parisien Félix Gaudin en 1898, représente le retour de Jean Bart après la bataille du Texel (1664), victoire qui lui a permis de reprendre aux Hollandais une flottille de vaisseaux chargés de blé acheté par la France la sauvant ainsi de la disette.

L’hôtel de ville de Dunkerque n’est pas seulement connu pour sa richesse historique. En effet, lors du célèbre carnaval, c’est du haut des balcons que le maire lance chaque année, assisté de quelques concitoyens, des harengs fumés sur la foule en délire.

Dunkerque - La mairie

La Basilique Notre-Dame de l'Immaculée Conception

2 Parvis Notre Dame
62200 Boulogne-sur-Mer

En 636, une nacelle avec une statue en bois de la Vierge tenant l’enfant Jésus fut découverte dans l’estuaire de la Liane. Elle fut déposée dans une chapelle de la haute-ville construite sur l’emplacement d’un temple romain.

En 1100, c’est dans le but d’accueillir plus de pèlerins venus rendre hommage à la vierge que la comtesse Ide de Boulogne décida de faire ériger une église et une crypte de style gothique à la place de la chapelle.

Après avoir reçu la suzeraineté du comté de Boulogne en 1478 par Louis XI, la vierge et sa cathédrale ont connu nombres de dégradations à cause des guerres avec l’Angleterre et celles de religions du 16e siècle. En 1793, les révolutionnaires brûlent cette antique image de la Vierge : il n’en reste aujourd’hui qu’un fragment de main conservé dans un reliquaire. Cinq ans après, la cathédrale est entièrement rasée.

C’est grâce à l’abbé Haffreingue que la basilique fut reconstruite entre 1827 et 1857 inspirée de St Pierre de Rome. En 1866, elle sera consacrée cathédrale « Notre Dame et St Joseph » et une nouvelle statue en bois de chêne de la vierge sera sculptée.

Depuis 1854, de la fête de l’Assomption au dernier dimanche d’Août, la station annuelle de Notre Dame de Boulogne, qui se conclut par la grande Procession à travers les rues de la ville, continue à attirer bien des pèlerins de la région et d’ailleurs.

Il est difficile de manquer lors de la visite, le dôme haut de 88 m, la chaire en chêne sculpté du style Louis XV, la Vierge Couronnée, la Chapelle du Sacré-Cœur avec ses marbres. La crypte de la cathédrale est l’une des plus vastes de France avec ses 128 m de long et 42 m de large ; elle est également une incontournable de la visite.

Basilique Notre Dame de Boulogne

La Cathédrale Notre Dame

5 Enclos Notre Dame
62500 Saint-Omer

Cette ancienne collégiale dédiée à Saint-Omer devint cathédrale en 1561.
Classée monument historique depuis 1840, cette cathédrale est en forme de croix latine. Elle mesure 105 mètres de long, 51 mètres de large et 22.9 mètres de haut sous la voûte. Il s’agit sûrement du plus beau monument gothique intact du Nord de la France.

La Cathédrale de Saint Omer offre un vaste aperçu de l’art gothique et de son évolution.

En pénétrant dans celle-ci, vous pourrez admirer des nefs datant des XIVème et XVème siècles, ou encore différentes œuvres d’arts telles que le buffet d’orgues de 1717, chef d‘œuvre des frères Piette, considéré comme le plus beau et le plus original de sa génération. Autre chef d‘œuvre de la Basilique Notre-Dame, l’horloge astronomique, datant de la moitié du XVIème siècle. Pour ce qui est des œuvres funéraires, vous pourrez admirer le tombeau de Saint Omer (XIIIème siècle) ou encore celui de Saint Erckembode (abbé de Saint Bertin), très vénéré pour ses guérisons d’enfants, ce qui explique le nombre de petites paires de chaussures disposées sur le tombeau.

Une multitude de petites chapelles placées autour de la nef suscitent également l’intérêt. La descente de croix datant de 1620 est la cinquième et dernière descente de croix de Rubens. Cette œuvre exprime le génie de l’artiste. La statue de Notre Dame des Miracles est dressée au milieu d’un retable de bois doré, situé dans le transept Sud de la cathédrale. Enfin, vous remarquerez la présence de gravures sur les dalles illustrant divers éléments tels que les signes du zodiaques ou encore les métiers.

Looking up

La Chapelle Notre-Dame des Dunes

Place de la petite Chapelle
59140 Dunkerque

Familièrement appelée la “petite chapelle”, elle fut établie en 1815 sur le site d’un oratoire édifié au XVe siècle, en l’honneur d’une vierge miraculeuse dont la statuette en bois avait été trouvée à proximité d’une source d’eau douce lors de la construction des remparts de Dunkerque.

Rare témoin des origines de Dunkerque, la chapelle devint ensuite un lieu de culte et de dévotion pour les gens de mer, en particulier les pêcheurs. Après avoir connu de nombreuses extensions et rénovations, la chapelle, se compose aujourd’hui d’une Nef principale avec deux ailes perpendiculaire à celle-ci, ainsi qu’une magnifique voûte bien connue pour sa constellation d’étoiles.

De nos jours, tous les 15 Août se déroule la cérémonie de la bénédiction de la mer. Durant cette cérémonie, la statue est portée en procession par les Bazennes (femmes de patrons de pêche).

A l’intérieur de cette chapelle se trouvent de nombreux ex-voto et maquettes de bateaux suspendus au plafond, en reconnaissance de la protection de la vierge.
De plus, une fontaine a été inaugurée en 2004, symbole de la source d’eau douce, miraculeusement trouvée à l’époque.

Notre Dame des Dunes

La Citadelle

Avenue Pierre de Courbertin et Esplanade Jacques Vendroux
62100 Calais

Construite sur les ruines d’un château médiéval, la citadelle se trouve à l’angle Nord-Ouest de la ville (avenue Pierre De Coubertin).

C’est Philippe le Hurperel, comte de Boulogne, qui, en 1229, décida de faire construire un château médiéval se composant d’un enclos carré de six tours avec un donjon afin de protéger la ville. D’abord habité par les comtes de Boulogne et d’Artois, il devint ensuite un lieu de résidence des rois d’Angleterre jusqu’en 1558 : Edouard III y résida et le fortifia une première fois.

Le château médiéval ne répondant plus aux besoins de la guerre, il fut décidé de construire une citadelle. De nombreuses maisons furent rasées afin d’obtenir le terrain de construction.

C’est par Vauban (déjà connu pour le Fort Nieulay) que la mise en état des fortifications fut effectuée. Finalement, le château fut définitivement détruit au 19e siècle.

On peut encore y découvrir les remparts médiévaux, la porte de secours dite “porte de Boulogne” et la porte de Neptune, aussi appelée “porte royale”. Certaines de ces portes ont été classées monuments historiques ainsi que les fossés et les courtines.

La Citadelle est aujourd’hui bordée d’un quartier dans le style régional (en briques rouges) datant de la seconde guerre mondiale et renferme un lieu de promenade et des aménagements sportifs. En effet, des bateaux électriques sont disponibles pour y longer les murs et y découvrir les vestiges d’une autre façon.

Convertie aujourd’hui en un stade omnisport et scolaire, la citadelle propose des terrains de football, de rugby, de tennis, etc… afin de permettre à chacun de pratiquer des activités sportives dans un cadre historique surprenant.

EOS6D_20150219_053

La Cité internationale de la Dentelle et de la Mode

Quai de la Gendarmerie
62100 Calais

Anciennement l’usine Boulart, la Cité internationale de la Dentelle et de la Mode vous accueille au cœur de son histoire et de ses performances culturelles dans le quartier St-Pierre, centre historique de la dentelle de Calais.

Au fil de ses galeries, vous découvrirez les divers modes de fabrication de la dentelle depuis l’invention de la machine à vapeur au 18e siècle en passant par les avancées du métiers à tisser jusqu’à nos jours et même au delà puisqu’une galerie présentant les futures innovations technologiques de la dentelle y est présente.

Dotée d’une architecture imaginée par les architectes Alain Moatti et Henri Rivière, le site a connu de nombreuses extensions mêlant authenticité et création contemporaine ; la longue façade en verre sérigraphiés greffée sur le bâtiment d’origine est un véritable clin d‘œil aux cartons Jacquard des métiers Leavers.

Cette ancienne manufacture en activité jusque 2000, présente aujourd’hui un restaurant donnant sur la cour intérieure de la Cité, une boutique côté canal, un auditorium favorisant l’organisation d’évènements culturels et un centre de documentation offrant une bibliothèque spécialisée ainsi qu’une tissuthèque.

La Cité n’hésite pas non plus à proposer à ses visiteurs désireux de s’initier aux techniques de cet art, des ateliers leur permettant d’entreprendre leurs propres travaux en dentelle. Enfin, des expositions temporelles, des conférences et des défilés y sont organisés régulièrement pour permettre à tous de côtoyer l’univers des grands Dior, Channel, Givenchy et bien d’autres.

little curiosity shop

La Collégiale Saint-Pierre

Place de Saint-Pierre
62120 Aire-sur-la-Lys

En remplacement de l’église romane du Chapitre de chanoines, une collégiale fut construite à Aire-sur-la-Lys au 16e siècle. Cette construction s’étendit durant près d’un siècle et demi. De style gothique flamboyant, cet impressionnant édifice est principalement constitué de briques et de pierres.

Malgré ses dimensions considérables, la tour s’écroula peu de temps après l’achèvement de la construction en 1624. Ce n’est que 10 ans plus tard que la reconstruction fut définitivement terminée.

La collégiale fut ensuite très endommagée par les sièges qu’elle a dû subir de 1641 à 1710. Le transept, la salle capitulaire et certaines chapelles furent détruits et incendiés. Les voûtes de la Nef et de la tour se sont effondrées et en 1944, c’est le chœur qui ne pu résister aux bombardements.

Classé monument historique en 1862, cet édifice témoigne de nombreuses restaurations de part ses différents styles architecturaux. En effet, au rez-de-chaussée, la Nef, le chœur et les voûtes hautes sont toujours de style gothique avec leurs croisées d’ogives, tandis que l’étage supérieur et le décor traversent les années pour atteindre un style classique et baroque.

En plus de sa splendeur architecturale, la collégiale présente un riche mobilier, tel qu’un buffet d’orgues datant de 1633, la statue de Notre-Dame de Panetière qui garde un œil protecteur sur la ville, le jubé ainsi que la chapelle du St Sacrement avec sa vierge à l’enfant.

COLLEGIALE SAINT-PIERRE D'AIRE-SUR-LA-LYS

La Colonne de la Grande Armée

Avenue de la Colonne
62126 Wimille

Haute de 53 m 60, la colonne de la Grande Armée a été érigée par les soldats du Camp de Boulogne à la gloire de leur chef Napoléon. La première pierre de marbre a été posée en 1804. La construction que l’on doit à l’architecte Eloi Labarre, ne prit fin qu’en 1840. A l’extrémité de cette colonne se dresse l’Empereur Napoléon en bronze, portant l’uniforme de garde qu’il portait au Camp de Boulogne. L’actuelle statue, haute de 5 mètres pèse 7 500 kg et a été créée par Pierre Stenne mais elle subit de nombreux remplacements. En effet, après les œuvres de Houdon et de Moitte qui furent brisées lors de la chute de l’Empire, c’est le sculpteur Bosio qui réalisa une statue de l’empereur, inaugurée en 1841. Puis, durant la seconde guerre mondiale, la colonne et sa statue furent gravement endommagées. C’est alors en 1950 que l’on commença les restaurations, la statue fut remplacée par celle de Stenne en 1962.

En vous promenant dans le domaine, vous rencontrerez les bustes de Napoléon, du maréchal Soult et de l’amiral Bruix dans la salle des archives mais vous aurez également de découvrir les jardins au pied de la colonne, classée monument historique depuis 1905.

France - Pas-de-Calais - Terlincthun British War Cemetry (Vol 1) et Colonne de la Grande Armée

La Coupole

Rue Mont à Cars
62570 Helfaut

De novembre 1943 à Mars 1944, les Nazis ont entrepris, près de Saint-Omer, la construction de la coupole, base de lancement de la fusée V2. Cette arme secrète révolutionnaire fut mise au point par les Allemands dans le but d’anéantir Londres et d’inverser le cours de la guerre en leur faveur.

La coupole est aujourd’hui un centre d’histoire et de mémoire retraçant une période de la Seconde Guerre Mondiale : la conquête spatiale, les armes secrètes allemandes et l’occupation allemande dans le Nord de la France… Grâce à l’historien Yves Le Maner, chargé de la réalisation du programme historique, vous pourrez revivre les relations entre la Guerre et la Science, le système du nazisme, la violence de la Guerre Eclair, les jours « gris » de l’occupation, les combats anonymes de la résistance ainsi que les joies et les peines de la libération, à l’aide de nombreux documents tels que des films, des documents, maquettes et témoignages.

Pour la construction de la coupole de béton, les ingénieurs allemands ont mis au point un procédé original permettant la rapidité d’élaboration d’un édifice colossal. A l’aide d’immenses pelleteuses, ils forèrent dans la craie à la surface du plateau. Ensuite, ce moule fut recouvert de terre afin d’en parfaire la forme, et d’un puissant ferraillage. Puis, les ingénieurs coulèrent du béton en utilisant des pompes. Aujourd’hui, le site de 55 000 tonnes est devenu un lieu de mémoire, témoin de la folie nazie.

Audioguidage par infrarouge (en quatre langues au choix : français, anglais, allemand, néerlandais) et vidéodisques sont à votre disposition. Deux heures trente pour visiter un site fascinant au cœur de l’histoire et des sciences. N’oubliez pas de faire un détour par la boutique qui vous proposera livres, souvenirs et produits régionaux.

La Coupole

La Gare de Saint-Omer

Place du 8 mai 1945
62500 Saint-Omer

La gare de Saint-Omer est mise en service le 1er septembre 1848, elle se situe sur les lignes Lille aux Fontinettes et Saint-Omer à Hesdigneul. Le bâtiment voyageurs d’aujourd’hui est inauguré en 1902 en remplacement du précédent qui était vétuste et manquait d’espace, 82 ans plus tard, le 28 décembre 1984, il est inscrit aux Monuments Historiques.

Œuvre des architectes Ligny, Vainet et Aumont elle s’étend sur 2 020 m2, répartis en 3 bâtiments. Ayant subit des bombardements durant la deuxième Guerre Mondiale, la gare compte quelques pertes mais sa reconstruction fait revivre l’essentiel de son architecture. En 2007 c’est à cause d’une tempête que le chronographe installé au sommet de la gare disparaît.

Aujourd’hui la gare est fermée mais vous pouvez toujours admirer l’extérieur de l’un des plus beaux édifice d’accueil de voyageurs sncf du Nord-Pas-De-Calais.

Gare de Saint-Omer, Pas-de-Calais | France

La Grange Nature

Rue du Romelaëre
62500 Clairmarais

Ce parc naturel est un lieu de promenade et de découverte au cœur du marais cultivé de la forêt de Clairmarais et de la réserve naturelle du Romelaëre. Chemins balisés, livrets de découverte, visites guidées, informations et conseils sur la faune et la flore vous seront proposés pour mieux vous situer à travers ce milieu naturel.

C’est un environnement ayant une vocation pédagogique car vous y trouverez plus de 10 programmes éducatifs et ludiques destinés aux groupes scolaires, centres de loisirs, ou groupes d’adultes. De plus, des films sur la gestion quotidienne du site peuvent être projetés à la demande.

La Grange Nature, c’est aussi :

  • Une occasion de se retrouver en famille
  • Une possibilité d’achat de cadeaux originaux grâce à la boutique nature.
  • Une information complète sur les loisirs et la nature.

Ce site est accessible aux personnes à mobilité réduite.

La Maison de la Beurière

16 rue du Mâchicoulis
62200 Boulogne-sur-Mer

Bâti sur le flanc de la falaise, le quartier des pêcheurs boulonnais, la Beurière, a toujours constitué une communauté bien particulière. De plus, c’est un lieu magnifique où les rues en escaliers descendent vers le rivage et le port.

Durant la seconde guerre mondiale, les bombardements subis par ce quartier très peuplé ont dispersé cette communauté. Une seule rue a été préservée presque en totalité : la rue du Mâchicoulis. C’est dans cette rue que se trouve la maison de la Beurière, écomusée qui retrace la vie d’une famille de marins boulonnais du 20e siècle.

En franchissant le seuil de cette authentique maison de pêcheurs construite en 1870, c’est le cœur rempli d’émotions que vous découvrirez :

  • au rez-de-chaussée, l’habitat d’une famille de marins vers 1900 où les meubles et les objets témoignent d’une vie rude et simple,
  • au premier étage, la physionomie et les couleurs passées de ce quartier : photos, objets, costumes vous replongent au cœur de l’histoire de la pêche boulonnaise, du développement de ses techniques et de son port,
  • au dernier étage, la bibliothèque et la médiathèque.

La Maison du Marais

Avenue du Maréchal Joffre
62500 Saint-Martin-au-Laërt

Et pourquoi pas une balade à la Maison du marais de Saint-Omer ?

C’est depuis le 1er juillet 2014 que vous accueillent l’ensemble de l’équipe de la maison du marais, découvrez l’espace ludique et nature où vous trouverez son exposition permanente sur l’histoire du marais avec maquettes, films et photographies, mais aussi de ses nombreuses expositions temporaires.

Une fois sortis du bâtiment, embarquez en bacôve et voguez accompagné d’un guide spécialiste avec qui vous pourrez échanger sur les 5 hectares du domaine, de ses habitants à ses petits secrets.

La faune (avec de nombreux oiseaux, poissons et insectes), et la flore (vous pourrez admirer de somptueux nénuphars protégés !) sont très riches et vous feront vivre un moment zen au fil de l’eau, riche d’histoire qui lie nature humaine et milieu naturel.

Tout au long de l’année, le site organise de nombreuses activités pour toute la famille tels que des ateliers culinaires pour les plus petits ou des plongées en aquariums pour les plus grands.

Et si une pause s’impose dégustez de beaux et bons produits du terroir à l’espace restauration !

La Place Jean Bart

Place Jean Bart
59140 Dunkerque

Située au cœur de la ville, la place Jean Bart autrefois appelée Place Royale, est au croisement des boulevards Alexandre III et Sainte Barbe, et de la rue Clémenceau. Au centre de cette place est érigée en 1845 une immense statue de bronze, création de David d’Angers. Celle-ci représente notre héros Jean Bart, en corsaire et à l’abordage, l’épée au poing, pointant vers l’Angleterre.

Né à Dunkerque en 1650 d’une famille de marins, petit fils de l’Amiral Jacobsen, surnommé ‘le renard des mers’, Jean Bart s’illustre par son courage et son habileté. Nous dénombrons 386 bâtiments capturés par son escadre, sans compter les navires coulés, incendiés ou rançonnés.

En 1694, la réputation de Jean Bart s’étend à la France entière, après la bataille du Texel : la famine s’étant abattue sur la France, Jean Bart est chargé de reprendre leurs biens extorqués par les corsaires hollandais, ce qu’il réussira à faire. Son retour triomphal est commémoré par le vitrail de l’hôtel de ville. Il sauve ainsi la France de la famine. Cette prouesse lui vaudra l’estime de Louis XIV qui l’anoblira, il deviendra chevalier Bart mais également commandant de la marine de Dunkerque.

Jean Bart meurt d’une pneumonie à 52 ans en réceptionnant à Dunkerque un vaisseau de 70 canons construit au Havre; il est enterré dans le chœur de l’église Saint Eloi. C’est sa statue qui a rendu la place célèbre, cette statue est honorée lors du carnaval, par les « masquelours » qui s’y agenouillent à la mémoire du corsaire.

Duinkerke Frankrijk (10) Jean Bart - Kaper in opdracht van koning Lodewijk XIV

La Réserve Naturelle du Platier d'Oye

62215 Oye-Plage

Créée en 1987 par Arrêté Ministériel, la Réserve Naturelle du Platier d’Oye se situe entre Dunkerque et Calais et reçoit chaque année des milliers de visiteurs.

Le Platier d’Oye se caractérise par une grande richesse écologique, liée à la variété des milieux naturels présents sur ces 391 hectares (plage, dune blanche, dune à fourrée, dune grise, vasières, prairies humides et mares d’eau douce…)

En plus d’un paysage exceptionnel, le site abrite de nombreuses espèces d’oiseaux telles que les limicoles, les canards, les laridés… et des pâturages accueillent des vaches Highlands (vaches rustiques venant d’Écosse).

Zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique, le Platier d’Oye est également une zone de migration très importante.

Situé à l’époque Gallo-Romaine sur le Delta de l’Aa, le Platier d’Oye était couvert par une vaste forêt marécageuse. L’invasion marine du IV ème siècle l’a entièrement détruit.
Ensuite, la mer s’est retirée mais en 1953, cette dernière se déchaîne et envahit le site. Environ un mètre d’eau salée recouvre les prairies humides.

En 1970, des lotisseurs ont acheté le terrain afin d’y réaliser un projet immobilier de grande envergure: construire un millier d’habitations. Les difficultés techniques rencontrées lors de l’installation des premières maisons ont stoppé le projet.

L’État décide alors d’acheter le terrain par l’intermédiaire du Conservatoire du littoral dans un souci de protection.

Le site propose régulièrement des visites guidées mais vous pouvez également découvrir toute la richesse naturelle de la réserve librement en prenant le temps de profiter du paysage.

L'embarras du choix

La Statue de Charles et Yvonne de Gaulle

Place d'armes
62100 Calais

C’est au 45ième anniversaire de la mort de Charles de Gaulle que cette statue le représentant main dans la main avec sa femme fut inaugurée.

Inspirée d’une photographie du couple en visite dans la ville en 1959, c’est la première représentation sculpturale d’un couple présidentiel.

Surnommée “Tante Yvonne”, elle est devenue l’épouse de Charles de Gaulle le 6 et le 7 avril 1921 à l’église Notre-Dame de Calais. Cette Calaisienne a été une figure aimée de la France entière.

C’est au pied de la tour du Guet que se situe cette statue de bronze à l’échelle 1,5. Réalisée par la sculptrice Nantaise Elisabeth Cibot, cette derniere avait déjà réalisé en 2006 une statue du général sur la place de l’hôtel de ville de Drancy en Seine-Saint-Denis.

Hôtel de Ville, Calais | France

La statue équestre du général San Martín

Promenade San Martin
62200 Boulogne-sur-Mer

Surnommé le Libertador, le général José de San Martín est une vraie
figure de l’émancipation des pays d’Amérique Latine alors sous la
domination espagnole comme l’Argentine, sa patrie, le Chili et le Pérou. Après avoir refusé de prendre le pouvoir, il part en Europe avec sa fille, Mercedes, son gendre et ses deux petites-filles.

Persona non grata en France, il élit domicile à Bruxelles. Suite à la
chute de Charles X,  San Martín vient s’installer en France. Suite à une nouvelle révolution et fuyant les émeutes à Paris, il se décide à
partir en Angleterre. C’est à cette occasion qu’il découvre Boulogne.
Sous le charme il y restera jusqu’à sa mort le 17 août 1850.

C’est à l’initiative de quelques compatriotes venus à Boulogne que
l’idée d’un hommage prend racine. Après une récolte de fonds par
souscription aussi bien à Paris qu’à Buenos Aires, la statue de 8,70
mètre de haut est réalisée en 9 mois par le sculpteur Henri Allouard et elle inaugurée le 24 octobre 1901.

Réalisée en bronze sur un piedestal en pierre, elle représente le
Libertador portant un drapeau sur un cheval au trot, avec à ses pieds
“La République” lui offrant une couronne de laurier. De l’autre côté de la statue se trouvent de nombreux symboles martiaux tels que des sabres, des canons ou encore des fusils.

Vous pouvez également vous rendre dans sa résidence boulonnaise qui se trouve au 113 Grande Rue. C’est la Casa San Martín devenue aujourd’hui le musée Libertador San Martín.

Statue équestre du général San Martin - Boulogne - France !

La Tour de l'Horloge

Rue du château
62340 Guînes

A 10 minutes de Calais se trouve le musée attractif et interactif de la Tour de l’horloge. Ouvert depuis 2002, ce musée vous fera voyager à travers l’Histoire d’une façon très originale.

Depuis l’arrivée du viking Sifrid le danois jusqu’à la rencontre du Camp du Drap d’Or, vous aurez l’occasion de toucher, de sentir et même de goûter à la vie traditionnelle de l’époque. Ce sont vos sens qui seront surpris dans la première salle de ce musée.

Puis vous partirez à l’aventure sur le drakkar grandeur nature de Sifrid et de ses vikings pour arriver à une scénographie de personnages en cire retraçant l’histoire de Guînes et de ses environs.

La tour de l’horloge, bâtie sur une motte féodale en 1763, vous attend également avec sa vue panoramique sur la Côte d’Opale. Enfin, c’est en 1520, que votre périple s’achèvera, lors de la rencontre du Camp du drap d’Or entre François Ier et Henri VIII.

Idéale en famille, la visite permet à tous de passer un agréable moment alliant interactions ludiques et expositions attractives. Ne partez pas sans vous être arrêté à la boutique où vous trouverez des jeux de la Renaissance ainsi que quelques produits du terroir.

La Tour de l'horloge

La Tour du Guet

62100 Calais

Cette tour datant du XIIIe siècle est l’un des plus vieux bâtiments de Calais. Classée monument historique depuis 1931, elle domine la place d’Armes du haut de ses 35 mètres.

A l’origine centre du château médiéval, cette tour servit de poste d’observation militaire puis de liaison télégraphique, celle-ci annonça la mort de Napoléon Ier en 1821, ainsi que de phare.

Gravement endommagée par les bombardements de la 2de guerre mondiale, cette tour subit antérieurement les conséquences d’un tremblement de terre en 1580, ce qui la fendit en deux. Lors de sa reconstruction, son environnement a changé radicalement, les maisons qui l’entouraient et l’ancien hôtel de ville ont été rasés.

Cette tour, de base carrée, est construite en brique jaune, dite de sable, matériel traditionnel de la plaine maritime. C’est à son pied que se tient le marché depuis le 16e siècle.

On peut se demander si la Tour du Guet est encore un monument, somme des splendeurs et des misères que la ville a connues, ou déjà une sculpture, dont l’allure et les matériaux contrastent avec l’austérité de la place d’Armes.

Kerk 'Notre-Dame'

La Tour du Leughenaer

Place du Minck
59140 Dunkerque

Cette tour octogonale de 28 mètres est le plus ancien monument de Dunkerque.
Construite en 1405, elle est la dernière des 23 tours qui flanquaient les remparts érigés par les Bourguignons.

Située sur l’axe des jetées, cette tour servit de base au premier phare utilisé à partir de 1793, une lanterne lui a été rajoutée en 1814. Classée monument historique, la Tour du Leughenaer signifiant “la tour du menteur” en flamand tire son nom de plusieurs hypothèses :

  • Les dunkerquois l’utilisaient pour émettre de faux signaux trompant ainsi de nombreux navires qui s’échouaient sur les bancs de sables et étaient ensuite pillés.
  • Le vent toujours assez fort, faisait tourner les aiguilles de l’horloge, par conséquent, l’heure indiquée n’était jamais la bonne.
  • Selon l’interprétation officielle, on émettait des signaux lumineux ou on agitait des drapeaux à partir de la tour pour faciliter l’entrée au port, cependant ces signaux n’étaient pas toujours fiables et causaient des accidents dans le chenal.

Au pied de la tour se trouve la place du Minck, où le poisson se vend à la criée depuis l’époque des pêcheurs d’Islande.

La Tour du Leughenaer de Dunkerque la nuit

Le Baillage

Grand place
62120 Aire-sur-la-Lys

Depuis sa construction en 1600 cette façade d’Aire sur la Lys est devenue incontournable. Pierre Framery, son architecte, fut inspirée par l’ancien hôtel de ville d’Amsterdam, aujourd’hui disparu. Les travaux qui n’ont duré qu’une seule année ont été si rapides que le bâtiment est devenu fragile avec les années, ce qui a engendré de nombreuses restaurations par la suite dont une en 2015.

Le Baillage tient son nom de l’ancien tribunal de la ville, à l’époque, les Baillis étaient des autorités du territoire. Construit dans un style Renaissance de conception Flamande, il est depuis 1970 le siège de l’office de tourisme.

Vrai joyau d’architecture il se compose de trois et quatre arcades soutenues par de fines colonnes de pierre, ses trois façades et ses attiques sont ornées de sublimes représentations des vertus théologales, cardinales, des quatre éléments et d’une statue. L’intérieur quant à lui comporte quatre pièces : la cave, la salle, la petite salle et les combles.

Classé Monument Historique en 1886, cet édifice ne pourra que vous plaire, de part son histoire mais également de sa beauté.


Coup d'oeil sur Aire sur la Lys bis....

Le Beffroi

Place Godefroy de Bouillon
62200 Boulogne-sur-Mer

D’une hauteur de 47 mètres, le beffroi domine la vieille ville de Boulogne sur Mer. Donjon du premier château des comtes de Boulogne avant sa reconversion en beffroi, cette construction massive force le respect et suscite l’intérêt.

En effet, l’évolution architecturale du plus ancien édifice de la cité témoigne de l’histoire intense du premier port de pêche français :

  • Au XIIe siècle, ce fut une base romane supportant huit grandes baies à arc brisé et une flèche en chaume.
  • Le siècle suivant, le roi Louis IX ordonna la démolition de la partie haute après le refus des bourgeois boulonnais de financer les croisades.
  • Suite à un incendie en 1712, l’ancien toit couronné de lucarnes est substitué par l’étage octogonal actuel en 1920.
  • En 1933, les habitations qui l’emprisonnait furent détruites.

Tour de guet, prison, clocher… le beffroi remplissait alors toutes ses fonctions défensives jusqu’au décès du dernier guetteur en 1931.
Désormais, le beffroi accueille un musée présentant une collection de statuettes gallo-romaines et de meubles anciens de facture boulonnaise.

Classé monument historique en 1926, il se trouve aujourd’hui enserré par l’hôtel de ville en pierre et brique rose construit au 18e siècle. C’est dans ce dernier que l’on trouve les armoiries de la ville sculptées sous le toit ainsi que de très belles salles comme « la salle des Gouverneurs » et « la salle des mariages » ouvertes au public.

Des visites guidées sont disponibles en Français, en Anglais et en Allemand sur demande à l’office du tourisme.

Beffroi

Le Blockhaus d'Eperlecques

Rue du Sart
62910 Éperlecques

Situé au bord de la Forêt d’ Eperlecques, ce blockhaus de 22 mètres était à l’origine prévu pour le lancement des V2 destinés à détruire Londres pendant la Seconde Guerre Mondiale. Entre 1943 et 1944, plus de 35 000 prisonniers participèrent à la construction du Blockhaus mais lors des bombardements des «forteresses volantes» anglaises en 1943, le projet fut transformé et l’édifice devint une usine de fabrication d’oxygène liquide, destiné à alimenter les moteurs d’une nouvelle génération de fusées.

Vous entrerez dans le blockhaus, classé monument historique en 1985, par une porte blindée de 2m d’épaisseur. L’immensité des halls et les structures déchiquetées génèrent une atmosphère angoissante.

Durant la visite vous apercevrez de terrifiantes « armes secrètes » du III ème Reich et remarquerez l’épaisseur des murs (5m). La dalle supérieure, épaisse de 7m, a été par un système de vérins surélevant le toit au fur et à mesure de la construction, ce qui a permis de terminer le chantier tout en assurant la protection des prisonniers des bombardements.

La visite guidée de ce site et un circuit sonorisé (documents, commentaires, bruitages…) présenté à l’intérieur de la forteresse vous feront revivre avec émotion l’histoire de l’édifice, la technologie des fusées V2, les techniques de construction du BUNKER… tout en permettant une promenade décontractée dans ses parcs.

Le site met à votre disposition des bandes sonores et des audioguides dans 8 langues différentes, un visuelguide en langage des signes et il est accessible aux personnes en fauteuils roulants accompagnées.

The Blockhaus at Eperlecques

Le Cap Blanc-Nez

62179 Escalles

Avec ses majestueuses falaises de craie laiteuse le cap Blanc Nez attire chaque année un million de visiteurs avides de nature et d’air du large.

Le Cap Blanc Nez est réputé pour la qualité de ses paysages que l’on vous conseille de découvrir les jours de grande luminosité.

S’élevant à 134 mètres au-dessus du niveau de la mer, cette falaise taillée dans la craie s’est formée il y a 90 millions d’années, elle donne également la réplique aux blanches falaises de Douvres que l’on distingue en face quand le temps est clair. Sur le sommet de la falaise de craie, une lande calcaire s’étend sur plus de 300 hectares.

Près de 130 espèces de plantes y ont été recensées, de même, goélands argentés et mouettes nichent dans les anfractuosités de la falaise crayeuse.

Faisant partie du réseau des Grands Sites de France, le Blanc Nez est un des incontournables du Parc Naturel Régional des Caps et marais d’Opale.

Prenez le temps d’emprunter les chemins sauvages et authentiques qui sillonnent les falaises. Au beau milieu des grands espaces de culture, marqués eux-aussi par la guerre avec leurs cratères de bombes datant de la dernière guerre mondiale, vous aurez l’occasion d’y rencontrer quelques blockhaus et l’obélisque à la gloire de la patrouille de Douvres.

Le public est invité à visiter librement le site des 2 Caps. Quel que soit le temps, emportez de quoi vous couvrir, le vent est souvent présent à cet endroit. Néanmoins, sachez que le pique-nique est interdit sur le site, afin d’éviter les détritus trop souvent laissés aux abords des chemins.

BlancNez32013

Le Cap Gris-Nez

62179 Audinghen

Situé à 5 km de son jumeau immaculé en craie blanche, entre les communes de Wissant et d’Audresselles, le cap Gris Nez se caractérise par ses grès bruns et ocre ainsi que ses pentes douces.

La falaise du Gris Nez est sculptée par les coups de buttoir des vagues, et surplombe l’océan de 45 m. Depuis le sommet de la falaise, nous apercevons les côtes anglaises, en effet, ce cap n’est qu’à 28 kilomètres de l’Angleterre.

Le Gris Nez est le rail aérien le plus fréquenté d’Europe, ce site est très apprécié des ornithologues, limite naturelle entre la Manche et la mer du Nord, c’est une terre d’asile pour des millions d’oiseaux d’Europe du Nord et ceux des îles Britanniques.

Au bout de la presqu’île parsemée de blockhaus allemands se dresse un phare, haut de 28 m et d’une portée de 45 km, mais également une base souterraine sophistiquée, le CROSSMA, qui est chargée de surveiller ce détroit, le plus fréquenté du monde puisque plus de 500 navires l’empruntent chaque jour.

Une stèle commémorative rappelle le sacrifice du Capitaine de Corvette Ducuing et de ses marins tombés le 25 mai 1940, en défendant le sémaphore contre les blindés de Guderian. On peut également rencontrer les ruines d’une forteresse anglaise que le roi Henri VIII fit construire au 16e siècle.

A marée basse, vous compterez deux bonnes heures pour traverser la baie et rejoindre le Blanc Nez bercé par le bruit des vagues et un vent vivifiant.

Phare du cap Griz Nez

Le Centre Historique Médiéval

Rue Charles VI
62310 Azincourt

Azincourt s’est doté, en 2001, d’un équipement historique, culturel et touristique de taille… En effet, la défaite française du 25 octobre 1415, sur le plateau d’Azincourt,face à l’armée anglaise conduite par le roi Henry V fut transformé à cette occasion en véritable événement touristique : une revanche … Plus que la commémoration d’une bataille, il s’agit de tourner une page de l’histoire vécue de la France en entrant dans l’époque médiévale.

Le parcours de la visite basée sur divers concept en langue anglaise et française, regroupe scénographie avec mannequins parlants, scénographie sur panneaux permettant de présenter les causes et les conséquences de la guerre de Cent-Ans et de la Bataille d’Azincourt, scénographie interactive où les visiteurs pénètrent dans un espace où ils peuvent approcher, toucher, manipuler les armes, les armures et s’imaginer chevalier dans un environnement de champ de bataille. Un espace multimédia permettra aux visiteurs d’être immergés dans le son et l’image, grâce aux casques d’audioguidage infrarouge assurant une autonomie de la visite.

Le centre se veut également être un lieu de documentation, de recherche (photothèque, bibliothèque), de travail et de rencontre (salle pédagogique), d’animation culturelle (expositions, conférences) et de service éducatif (ouvert aux enseignants, étudiants, scolaires).

Enfin, vous trouverez un espace librairie et boutique. Cette visite est accessible aux personnes à mobilité réduite.

Une aire de pic-nique couverte pouvant accueillir 50 personnes est à votre disposition sous réservation.

Le Château d'Hardelot

Rue de la Source
62360 Condette

Situé à la sortie de Condette, le château d’Hardelot fait face au Lac des Miroirs et se trouve au centre d’une forêt très giboyeuse. Édifié au 9ème siècle pour faire face aux invasions Allemandes, il a été restauré au 13ème siècle par Philippe de Hurepel. Il se composait alors de 9 tours médiévales et avait une forme polygonale.

Endommagé, il ne reste qu’une partie de l’enceinte ainsi que les salles de garde occupées par l’actuelle taverne. En 1848, Sir John Hare le rachète puis le fait remanier dans un style néo-gothique Tudor. Son ami Charles Dickens fut souvent de passage dans cette demeure qu’il admirait tant.

Au début du 20ème siècle, le château devient propriété de John Whitley qui esquisse un projet de station balnéaire à partir du château. Cependant, l’attrait des touristes pour la mer l’emporte et la station est déplacée. Le château devient donc de 1958 à 1975, un lieu de séjour pour les Sœurs Ste Agnès d’Arras.

De nos jours, une taverne médiévale est installée dans les anciennes salles de garde. Un sentier de découverte balisé de panneaux retraçant l’histoire du site a été aménagé de manière à pouvoir admirer l’enceinte du château. Ses prisons, ses oubliettes, son chemin de guet et ses souterrains témoignent encore de la vie rude et épique de l’époque.

Château d'Hardelot (Condette)

Le Château de Fressin

9 Rue de la Lombardie
62140 Fressin

Le village de Fressin est un ancien domaine médiéval. Il a en effet appartenu à la plus grande dynastie des Créquy.
Son église gothique possède une chapelle seigneuriale.

Le château fut bâti par Jean V de Créquy, un des principaux conseillers du Duc de Bourgogne et chevalier de la Toison d’or. Ce personnage tient une place importante dans l’histoire de la France puisqu’il a participé à la capture de Jeanne d’Arc et il a permis à la France de remporter la victoire sur l’Angleterre pendant la guerre de cent ans.

Son château, du XVe siècle, fut à la fois une grande forteresse défensive et une résidence richement décorée. Ce sont ses nombreuses tours et ses bastions qui en ont assuré la défense principale. Classé Monument Historique depuis 1997, cette forteresse féodale accueille aujourd’hui ses visiteurs au travers d’expositions et de projections rappelant la vie quotidienne au château, les techniques de la construction et son évolution. Impossible de contourner les jardins, étendus sur 3 hectares, qui vous feront découvrir toutes les vertus de la botanique dans un cadre pittoresque. Le site propose également des parcours ludiques avec énigmes pour les enfants et des visites audioguidées pour les adultes.

Le village a su garder un très beau patrimoine civil avec ses maisons de maîtres, ses porches monumentaux, sa maison forestière, ses pigeonniers …, du XVII et XIX siècle.

Paysage du Pays des Sept Vallées...

Le Château de Pont de Briques

62360 Saint-Léonard

Construit vers 1640, le château de Pont-de-Briques fut le quartier général de Napoléon 1er de 1803 à 1805, pendant le Camp de Boulogne.

Transformé en orphelinat vers 1900, le château fut sujet à de nombreuses destructions dans le but de le remplacer par un axe routier. C’est en 1974 que la préservation du bâtiment fut acquise grâce à son classement Monument Historique.

Après avoir été longtemps laissé à l’abandon, le château de Pont-de-Briques connaît des restaurations depuis 2000. Le site, réaménagé en un espace muséographique, relate l’histoire du château de ses origines à nos jours en passant par la guerre entre la France et l’Angleterre et la vie de Napoléon à cette époque. Le but étant de la faire connaître du public. La création de la Légion d’Honneur et celle de la Colonne de la grande Armée y sont aussi évoquées.

De plus, ce site est un outil pédagogique puisqu’il permet aux enfants de découvrir une partie de leur histoire oubliée, la symbolique des monuments, ainsi que l’évolution de l’urbanisme du Boulonnais à travers de nombreux plans du Camp de Boulogne.

Le Château-Musée

Rue de Bernet
62200 Boulogne-sur-Mer

Créé en 1825, le musée est aujourd’hui installé dans le château comtal construit au 13ème siècle par Philippe Hurepel.

Au travers des souterrains gallo-romains, de la salle des Gardes ou encore de la salle de la Barbière, vous pourrez y admirer de riches collections, dont certaines sont uniques en Europe. La collection de vases antiques grecs est la plus importante de France après celle du Louvre.

Premier château fort sans donjon, il fut transformé en caserne sous François Ier. Puis utilisé comme prison, la ville le racheta en 1974 pour y inaugurer son musée municipal en 1988.

Classé monument historique, le château-musée offre plus de 5000 m² de galeries où sont exposés de magnifiques faïences françaises et étrangères, de jolies porcelaines, des peintures et sculptures (Rodin, Barye, Carpeaux …) du Moyen Âge et de la Renaissance ainsi que des tableaux de maîtres du XIXème que la Côte d’Opale a inspirés (Boudin, Corot …).

A découvrir également :

  • Les antiquités égyptiennes : une momie et le cercueil médian du nautonier Néhemsimontou (VIIIème avant J.C.), le sarcophage de la chanteuse d’Amon (XXème et XXIème dynastie), des barques et statuettes funéraires…
  • Les antiquités gallo-romaines : bases de colonnes, bas reliefs funéraires, sarcophages en pierre, statuettes de bronze, …
  • La collection de l’explorateur Alphonse Pinart qui rassemble des outils, des armes et de très beaux masques en bois sculpté provenant de différentes tribus esquimau et aléoutes d’Alaska.
  • La collection de verreries : les vitrines 12 et 13 du musée contiennent de lourdes bouteilles bleues du Haut-Empire et des œuvres d’art du Bas-Empire provenant des ateliers de Cologne et de Trèves.
  • La collection de céramiques : poteries vernissées et faïence de Desvres, de Boulogne et de Delft des XVIIème et XVIIIème siècles.
  • Les objets océaniens dont une pirogue de guerre Maorie (Nouvelle Zélande).
Vue du Château Musée sur boulevard Auguste Mariette

Le Duchesse Anne

Quai Citadelle
59140 Dunkerque

De passage à Dunkerque… embarquez à bord du Duchesse Anne.

Ce trois-mâts carré vous fera voyager au cœur de son histoire vous faisant découvrir son ingénieuse structure composée de 25 voiles entourant le grand mât élevé à 48 mètres au-dessus du pont.

Construit dans le but de former des officiers et des hommes de la marine marchande allemande, ce navire-école a sillonné la mer Baltique, la mer du Nord, et s’est également dirigé vers les Antilles et l’Amérique du Sud.

Anciennement appelé le Grossherzogin Elisabeth (en l’honneur de la duchesse d’Oldenbourg), le Duchesse Anne fut lancé le 7 Mars 1901 d’Esfleth, son port d’attache, avec à son bord environ cent cinquante cadets et apprentis marins encadrés par un équipage de haute qualité.

Déjà endommagé par un incendie puis par une importante collision en 1931, le trois-mâts n’a pu résister aux attaques de la Seconde Guerre Mondiale.

Alors français, le navire prendra différentes fonctions comme caserne de la marine, dortoir ou encore ponton. Abandonné à Brest pendant de nombreuses années, le navire, devenu épave, sera restauré par les dunkerquois qui l’acquerront.

Grâce au soutien de l’association « Les Amis de la Duchesse Anne », l’ancien fleuron allemand sera classé monument historique le 5 Novembre 1982.

Aujourd’hui le seul et dernier trois-mâts carré de France, le Duchesse Anne vous accueille pour vous faire découvrir toute son authenticité de navire-école. Vous aurez l’occasion de partager la vie des cadets et d’entrer dans leur univers marin tout en admirant les splendides voiles et les mâts.

Duchesse Anne Dunkerque HDR

Le Fort d'Ambleteuse

62164 Ambleteuse

Autrefois nommé « Fort Mahon » par erreur, le fort d’Ambleteuse fut construit de 1682 à 1690 sur les plans de Vauban. C’est Louis XIV qui en avait décidé sa construction pour protéger la ville.

On parle d’un fort Napoléonien car il fut restauré et réarmé en 1802 par Napoléon.

Ce fort est constitué d’une cour d’entrée, d’une tour casemate avec voûte annulaire, d’une batterie haute, d’une batterie basse et trois étages d’artillerie. Les Romains avaient déjà établi une tour à cet endroit, tour qui fut transformée par les Anglais en 1544. Ce château des mers était un point stratégique car ouvert directement sur la Manche, il était visible à perte de vue. Cette situation rendit le fort imprenable.

Tombant très vite en ruine à cause des intempéries et de son non-fonctionnement, le fort fut récupéré par des particuliers et restauré. Une fois de plus abandonné et ruiné après la guerre il fut acheté en 1967 pour 1 Fr symbolique par l’association « Les amis du Fort d’ Ambleteuse ».

Grâce à cette intervention ce monument classé Historique est maintenant visitable et vous attend isolé au bord de la Slack et de ses dunes côtières.

Ambleteuse - Fort Vauban

Le fort de la Crèche, de la pierre au béton

Fort de la Crèche
62930 Wimereux

Le “fort de la Crèche” bâtit à 75 m au-dessus du niveau de la mer, en amont de la pointe du même nom, domine la rade du port de Boulogne.

Il a été construit en 1879, à l’emplacement du fort napoléonien de Terlincthun aujourd’hui disparu. Il fait partie des fortifications réalisées selon le système “Séré de Rivières” après la défaite de Sedan de 1870. Sa mission était la défense du port de Boulogne-sur-Mer, sous la Troisième république, époque de la création du port en eau profonde.

Des exerces de tir y furent effectués durant la Première Guerre mondiale au moment ou le port de Boulogne sert de base arrière pour le transport des “Tommies”.

Il a ensuite était remanié par la Marine française en 1936-1938 avant d’être intégré au Mur de l’Atlantique durant la Seconde guerre mondiale.

Resté terrain militaire jusqu’en 1999, il est aujourd’hui propriété du Conservatoire du littoral qui en a confié la gestion à l’Association Fort de la Crèche qui organise des visites guidées et diverses manifestations.

Pour connaître les heures d’ouverture au public et les tarifs, consulter le site de l’association.


Le Fort des Dunes de Leffrinckoucke

Fort des dunes
59495 Leffrinckoucke

Suite à la guerre de 1970, le Fort des Dunes de Leffrinckoucke est construit de 1878 à 1880 afin de protéger le port dunkerquois, de type Séré des Rivières il est le seul terrestre du littoral et s’étend sur 50 000m2, un site impressionnant chargé d’histoire.

Ce lieu a vécu l’opération Dynamo de la bataille de Dunkerque de 1940, un vrai drame dans lequel de nombreux soldats français, belges et britanniques périrent des suites des bombardements allemand du 2 et 3 juin. 4 ans plus tard, huit résistants y sont tués et rejoignent le cimetière situé au pied du fort.

Son occupation allemande laisse des traces avec par exemple la poudrière qui fut transformée en salle de spectacles.

Un fort dont vous avez beaucoup à apprendre grâce à des visites guidées d’environ 1h30, un circuit avec audioguide sur l’ensemble du site extérieur, ou encore des expositions temporaires au sein du fort. Une maquette animée vous permettras également de mieux comprendre l’opération dynamo.

Un lieu à ne pas manquer qui nous révèle un vrai site de mémoire.

Fort des Dunes - Leffrinckoucke

Le Fort Risban

62100 Calais

Situé sur le littoral, le Fort Risban est l’un des derniers forts marins du territoire français. Classé monument historique en 1990, ce fort fut longtemps une pièce stratégique de la ville connaissant de multiples modifications depuis sa construction pendant la guerre de Cent Ans.

En 1346, à l’arrivée des anglais sur le territoire Calaisien, le roi Edouard III décida de faire construire une tour en bois puissamment armée sur les fortifications existantes de Calais. Ceci dans le seul but d’empêcher tout ravitaillement provenant de l’extérieur et ainsi d’assiéger la ville par la famine.

Alors en possession de la ville, les anglais firent remplacer la tour en bois par une haute tour en pierre supportant des canons, la Tour Lancastre.
Positionné sur une langue de sable, le fort se voit peu à peu séparé des dunes à cause des courants marins, ce qui le rendit complètement maritime.
Après 1450, la tour Lancastre pris le nom de Risban et fut encadrée d’une muraille polygonale comprenant également deux autres tours.

En 1558, le Risban fut de nouveau français et le gouverneur de Calais décida de réduire de hauteur la tour de Lancastre qui était, à l’époque, une menace pour la ville. Deux bastions y furent ajoutés et en 1622, le fort servi de point de départ à la construction d’une digue allant jusqu’à Sangatte.

En 1799, un dépôt de poudre explosa et engendra d’importants dégâts mais ceci n’empêcha pas au fort d’être la principale défense du port dans les années 1850. Durant la seconde guerre mondiale, il abrita de nombreux calaisiens fuyant les bombardements.

Dès 1950, le fort ouvre ses vestiges aux plaisanciers, c’est aujourd’hui le siège du Yacht Club de Calais.

Fort Risban in het midden aan de horizon

Le Fort-Nieulay

Avenue Roger Salengro
62100 Calais

Pas très loin de Coquelles, le village de pêcheurs qui devint plus tard Calais, fut construit sur le banc des Pierettes, un banc de dunes et de galets percé par la rivière de Hames.

Plus tard, une forteresse anglaise fut construite à cet endroit afin de protéger la ville avec un système d’écluses, celles-ci pouvaient être détruites en cas d’attaque ennemie, ce qui inondait le bas-calaisis et empêchait toute invasion.

En 1558, le duc de Guise s’en empara. C’est alors que Louis XIV envisagea la reconstruction d’un nouveau fort toujours à cheval sur la rivière en plaçant les écluses à l’intérieur du fort pour mieux les protéger.

C’est Vauban qui se chargea de la reconstruction du fort que l’on peut visiter de nos jours. Presque entièrement construit sur pilotis et composé d’épais murs de briques, c’était le point de défense stratégique de la ville. En effet, des aménagements étaient prévus pour les soldats (logements, réserve de nourriture, locaux pour armes et munitions, citerne, chapelle, etc…)

Après de longues périodes mouvementées, le fort est aujourd’hui un endroit de tranquillité, idéal pour des après-midi détente au milieu de grands espaces verts. Les visites de la poudrière, des magasins, du logement du Major vous emmèneront à la découverte de la défense du seul fort-écluse de France.

Fort Nieulay - Aan de zijde van Porte De Boulogne

Le FRAC

503 avenue des bancs de Flandres
59140 Dunkerque

Le Fond Régional d’Art Contemporain du Nord-Pas-De-Calais vous accueille depuis le 16 novembre 2013 sur une surface de 9000 m2 où se marie un ancien bâtiment de chantier naval et une construction innovante des architectes Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal.

Ayant pour objectif de diffuser et soutenir la production d’art contemporain mais également d’y sensibiliser le public, le FRAC est un vrai programme de découverte avec des échanges d’œuvres régulières et ayant pour volonté de toujours pousser les artistes à créer.

Plongez-vous dans plus de 1 500 œuvres, signés d’Andy Warhol ou Roy Lichtenstein, pionniers du pop-art. Vous retrouverez également des artistes du design, minimalistes, tout les styles se mélange pour le plus grand bonheur des passionnés et curieux.

Avec des expositions permanentes, semi-permanentes, ou même en dehors du FRAC, l’art contemporain vous ouvre ses portes à Dunkerque.

Dunkirk

Le Jardin Botanique du Beau Pays

3091 Avenue François Mitterand
62730 Marck

Ce jardin botanique privé vous offre un vrai bol d’air frais entre Calais et Gravelines.

Aménagé depuis la fin de l’année 1999, Pierre Lavalée propriétaire et vrai passionné ne cesse d’innover et d’aménager soigneusement cet espace de 10 000 m2.

Outre les beaux jardins, la ferme cultive également de nombreux produits comme par exemple la pomme de terre, l’orge, le blé ou l’huile de colza.  

Labellisé Jardin Remarquable, il se divise en 22 parties par thème avec par exemple une clairière, un sous-bois, un serre Australienne, la mare aux grenouilles et même un espace “l’eau et la musique”.

Un vrai espace alliant une flore et une faune très diverse, vous vous trouverez lors de votre visite entourés d’insectes (papillons, coccinelles..), d’oiseaux (rouge-gorge, hirondelle..), de petits mammifères (lapin, belettes..), et bien d’autres qui élisent domicile au cœur du jardin du Beau Pays.

Cette propriété vous convie également à venir découvrir leur salon de thé, une découverte à nouveau mais cette fois ci gustative.

Le LAAC

Jardin de sculptures - 302 avenue des Bordées
59140 Dunkerque

Espace entièrement dédié à l’art contemporain, que ce soit de l’art concret au nouveau réalisme ou de l’abstraction lyrique, le Lieu d’Art et Action Contemporaine est un lieu animé et dynamique ayant pour objectif de toujours faire découvrir ses collections permanentes ou temporaires.

Nous devons l’originalité du bâtiment à l’architecte Jean Willerwal et les jardins véritable “espace de rencontre” au paysagiste Gilbert Samel et l’artiste Pierre Zvenigorodsky.

Depuis 1982, le musée se munie d’oeuvres comme la série Circus de Karel Appel, Car Crash d’Andy Warhol… Au total vous pourrez admirer plus de milles oeuvres !

Ouvert à tous, le LAAC est un rendez-vous artistique pour toute la famille à ne pas rater !

LAAC - Dunkerque

Le Marais Audomarois

3 rue du Marais
62500 Clairmarais

Etendu sur 15 communes du Nord-Pas-de-Calais, ce marais est un lieu exceptionnel bouillonnant de vie, un vrai paradis aquatique (560 km de rivières et de fossés) ouvert à tous. De plus, avec son paysage unique, il est devenu un vrai chef-d‘œuvre, un monument historique. C’est une construction humaine façonnée par des moines et par des générations de maraîchers.

Si vous souhaitez oublier stress et précipitation, allez vous promenez du côté de ce marais où vous pénétrerez au pays des eaux dormantes et des saules tranquilles. Un endroit où les territoires sont flous, les frontières mobiles, et quand la brume apparaît, le décor gagne en fantastique et égare tous les repères. Seule la barque vous permettra d’aborder les rivages isolés.

Le sous sol, très riche en tourbe, a donné naissance à une végétation riche et multiple. Ce sont les tourbiers qui, à force de creuser, façonnèrent le marais.

Le marais héberge, quelque soit la saison, toutes sortes d’espèces d’oiseaux : oiseaux hibernants comme le grand cormoran, oiseaux estivants comme le coucou ou le busard des roseaux, ou les sédentaires, hiboux, mésanges, poules d’eau…

Aujourd’hui le seul marais cultivé en France, on y produit des choux-fleurs en été (environ 9 millions chaque année) et des endives en hiver.

La meilleure façon de découvrir le marais, c’est de s’y promener en bateau. De plus, les circuits commentés vous permettront de connaître le paysage et les activités humaines du marais.

L’ISNOR propose une croisière d’une heure à bord d’un petit catamaran en aluminium permettant donc d’évoluer sur tout le marais et de passer sous les ponts les plus bas.

Le Tour de France virtuel - 62 - Pas-de-Calais

Le Moulin de la Montagne

18 rue de la Montagne
59143 Watten

Le moulin de Watten est construit à partir de pierre de l’ancienne l’abbaye de Watten classé monument Historique en 1909. En remplacement du précédent moulin fait de bois, il fut en service jusque 1930, laissé à l’abandon il perd deux ailes suite à une tempête.

C’est durant la seconde Guerre Mondiale que le moulin prit une fonction d’observatoire pour les troupes allemandes en 1940.

Reprit par la commune en 1985, il est réhabilité, une nouvelle toiture, de nouvelles ailes, et remit en fonction pour votre plus grand bonheur.

Vous pouvez visiter le moulin durant la période estivale, et en apprendre beaucoup plus sur son histoire.

Une vraie chance de pouvoir contempler ce moulin, fierté de Watten, inscrit aux Monuments Historiques depuis le 2 novembre 1977.

MOULIN DE WATTEN

Le Musée de France d'Opale Sud

60 rue de l'Impératrice
62600 Berck

Partez à la découverte de notre côte d’opale à travers les yeux des artistes de la marine ou même grâce aux objets archéologique du littoral.

Avec des tableaux à l’âme Berckoise, le musée embrasse les scènes de naufrages, de pêche ou des façades de la ville. A ces tableaux se s’ajoutent des objets de période gauloise, des bijoux, des outils de production de sel qui parfois datent du IIIième siècle avant Jésus-Christ.

700 m2 sur deux étages, voilà le patrimoine artistique et historique de Berck sur Mer, implanté dans une magnifique bâtisse de brique rouges traditionnelles mais moderne à l’intérieur.

En visite libre vous pourrez accéder à de nombreuses indications et explications situées proches des œuvres, mais vous pourrez également bénéficier des services des guides, connaissant les œuvres comme leur poche.

Le Musée propose également en supplément de sa collection permanente, des collections temporaires aux thèmes et artistes nombreux.

Le Musée de l'Abbé Delétoille

1 rue du Maréchel Leclerc
62310 Fruges

L’Abbé Delétoille, passionné d’histoire, avait amassé de nombreux objets divers, tout au long de sa vie, de part ses nombreux voyages. C’est un musée, situé au bas de la Grand’Place de Fruges et inauguré en souvenir de ce généreux personnage en 1983, qui expose une grande partie de ses collections de faïences, cuivres et armes anciennes.

Né le 1er février 1887 à Preures, l’Abbé Nestor Delétoille fut ordonné prêtre le 12 juillet 1912. En 1914, il est mobilisé en tant qu’infirmier brancardier sur le front français puis il enseigna pendant 18 ans au collège Saint Bertulphe de Fruges. A 50 ans, il reçoit la charge de 4 paroisses dont il restaure les églises, mais aussi de nombreuses chapelles. Il édifie 21 calvaires. En plus d’être travailleur, il est aussi un grand voyageur. Il se rend 39 fois en pèlerinage à Lourdes, 3 fois à Saint Jacques de Compostelle. On le retrouve également à Rome, en Grèce et à Jérusalem.

Ses collections de Christ, de statues, de chandeliers sont impressionnantes (plus de 3 000 pièces). Il rassemble également nombre de céramiques, étains, armes et objets provenant de fouilles archéologiques qu’il expose dans sa maison de la rue des Fontaines. Il meurt le 10 juin 1968. Il lègue alors à l’Institution Saint Bertulphe les objets religieux de son musée et à la ville de Fruges les autres collections. Installée au premier étage de la fondation Boudenoot, la salle d’exposition consacrée à l’Abbé Delétoille contient plus de 600 objets des XVIII, XIX, et XX ème siècles.

Au fil de la visite, redécouvrez les faïences de 30 origines différentes, les plats, assiettes et bougeoirs en étain, les cuivres utilitaires et décoratifs, les armes, les pipes, les chaussures et les outils rappelant l’artisanat local. Vous aurez également l’occasion de revisiter la ville du début de ce siècle grâce à plus de 200 cartes postales et documents présentés.