Menneville

À visiter autour de la ville de Menneville

Le Musée Jean-Charles Cazin

84 Grand’place Foch
62830 Samer (9 km)

C’est dans la ville de Samer, à 17 km de Boulogne−Sur-Mer que naquit Jean-Charles Cazin.

A 21 ans, il part étudier le dessin dans la Capitale. Il y rencontre sa femme Marie, sculptrice qui le représentera en bronze dans le Jardin Public de Samer.

Peintre qui s’inspire énormément de paysages comme les quais de Boulogne ou les dunes de Wissant, ses œuvres sont aujourd’hui exposés des États-Unis aux Pays-Bas en passant par Lille. C’est avec sa petite famille qu’il s’installe à Equihen qui sera la principale source d’inspiration artiste des Cazin. Suite à la mort de sa femme, il revend et s’installe à Bormes Les Mimosas dans le Var. Décoré de la Légion d’Honneur puis Commanditeur, il reçoit le grand prix de l’exposition universelle de Paris en 1900.

Le Musée Jean Charles Cazin est inauguré en octobre 1939, et regroupe un grand ensemble d’œuvres de la famille Cazin, au fur et à mesure le musée essaye d’acquérir des céramiques, dessins, gravures et tableaux.

Un vrai témoignage de la vie de cette famille Equihennoise, qui était véritablement inspirée des paysages de notre Côte d’Opale.

Le Château de Pont de Briques

62360 Saint-Léonard (17 km)

Construit vers 1640, le château de Pont-de-Briques fut le quartier général de Napoléon 1er de 1803 à 1805, pendant le Camp de Boulogne.

Transformé en orphelinat vers 1900, le château fut sujet à de nombreuses destructions dans le but de le remplacer par un axe routier. C’est en 1974 que la préservation du bâtiment fut acquise grâce à son classement Monument Historique.

Après avoir été longtemps laissé à l’abandon, le château de Pont-de-Briques connaît des restaurations depuis 2000. Le site, réaménagé en un espace muséographique, relate l’histoire du château de ses origines à nos jours en passant par la guerre entre la France et l’Angleterre et la vie de Napoléon à cette époque. Le but étant de la faire connaître du public. La création de la Légion d’Honneur et celle de la Colonne de la grande Armée y sont aussi évoquées.

De plus, ce site est un outil pédagogique puisqu’il permet aux enfants de découvrir une partie de leur histoire oubliée, la symbolique des monuments, ainsi que l’évolution de l’urbanisme du Boulonnais à travers de nombreux plans du Camp de Boulogne.

Le Château d'Hardelot

Rue de la Source
62360 Condette (16 km)

Situé à la sortie de Condette, le château d’Hardelot fait face au Lac des Miroirs et se trouve au centre d’une forêt très giboyeuse. Édifié au 9ème siècle pour faire face aux invasions Allemandes, il a été restauré au 13ème siècle par Philippe de Hurepel. Il se composait alors de 9 tours médiévales et avait une forme polygonale.

Endommagé, il ne reste qu’une partie de l’enceinte ainsi que les salles de garde occupées par l’actuelle taverne. En 1848, Sir John Hare le rachète puis le fait remanier dans un style néo-gothique Tudor. Son ami Charles Dickens fut souvent de passage dans cette demeure qu’il admirait tant.

Au début du 20ème siècle, le château devient propriété de John Whitley qui esquisse un projet de station balnéaire à partir du château. Cependant, l’attrait des touristes pour la mer l’emporte et la station est déplacée. Le château devient donc de 1958 à 1975, un lieu de séjour pour les Sœurs Ste Agnès d’Arras.

De nos jours, une taverne médiévale est installée dans les anciennes salles de garde. Un sentier de découverte balisé de panneaux retraçant l’histoire du site a été aménagé de manière à pouvoir admirer l’enceinte du château. Ses prisons, ses oubliettes, son chemin de guet et ses souterrains témoignent encore de la vie rude et épique de l’époque.

Le château d'Hardelot, Condette

Le Château-Musée

Rue de Bernet
62200 Boulogne-sur-Mer (18 km)

Créé en 1825, le musée est aujourd’hui installé dans le château comtal construit au 13ème siècle par Philippe Hurepel.

Au travers des souterrains gallo-romains, de la salle des Gardes ou encore de la salle de la Barbière, vous pourrez y admirer de riches collections, dont certaines sont uniques en Europe. La collection de vases antiques grecs est la plus importante de France après celle du Louvre.

Premier château fort sans donjon, il fut transformé en caserne sous François Ier. Puis utilisé comme prison, la ville le racheta en 1974 pour y inaugurer son musée municipal en 1988.

Classé monument historique, le château-musée offre plus de 5000 m² de galeries où sont exposés de magnifiques faïences françaises et étrangères, de jolies porcelaines, des peintures et sculptures (Rodin, Barye, Carpeaux …) du Moyen Âge et de la Renaissance ainsi que des tableaux de maîtres du XIXème que la Côte d’Opale a inspirés (Boudin, Corot …).

A découvrir également :

  • Les antiquités égyptiennes : une momie et le cercueil médian du nautonier Néhemsimontou (VIIIème avant J.C.), le sarcophage de la chanteuse d’Amon (XXème et XXIème dynastie), des barques et statuettes funéraires…
  • Les antiquités gallo-romaines : bases de colonnes, bas reliefs funéraires, sarcophages en pierre, statuettes de bronze, …
  • La collection de l’explorateur Alphonse Pinart qui rassemble des outils, des armes et de très beaux masques en bois sculpté provenant de différentes tribus esquimau et aléoutes d’Alaska.
  • La collection de verreries : les vitrines 12 et 13 du musée contiennent de lourdes bouteilles bleues du Haut-Empire et des œuvres d’art du Bas-Empire provenant des ateliers de Cologne et de Trèves.
  • La collection de céramiques : poteries vernissées et faïence de Desvres, de Boulogne et de Delft des XVIIème et XVIIIème siècles.
  • Les objets océaniens dont une pirogue de guerre Maorie (Nouvelle Zélande).