WimereuxPictogramme de Wimereux

À visiter autour de la ville de Wimereux

Le fort de la Crèche, de la pierre au béton

Fort de la Crèche
62930 Wimereux (0 km)

Le “fort de la Crèche” bâtit à 75 m au-dessus du niveau de la mer, en amont de la pointe du même nom, domine la rade du port de Boulogne.

Il a été construit en 1879.Il fait partie des fortifications réalisées selon le système “Séré de Rivières” après la défaite de Sedan de 1870. Sa mission : la défense du port de Boulogne-sur-Mer, sous la Troisième république, époque de la création du port en eau profonde.

Des exercices de tir y furent effectués durant la Première Guerre mondiale au moment ou le port de Boulogne sert de base arrière pour le transport des “Tommies”.

Il est remanié par la Marine française en 1936-1938 avant d’être intégré au Mur de l’Atlantique durant la Seconde guerre mondiale.

Resté terrain militaire jusqu’en 1999, il est aujourd’hui propriété du Conservatoire du littoral qui en a confié la gestion à l’Association Fort de la Crèche qui organise des visites guidées et diverses manifestations.

Pour connaître les heures d’ouverture au public et les tarifs, consulter le site de l’association.


Le Fort d'Ambleteuse

62164 Ambleteuse (4 km)

Autrefois nommé « Fort Mahon » par erreur, le fort d’Ambleteuse fut construit de 1682 à 1690 sur les plans de Vauban. C’est Louis XIV qui en avait décidé sa construction pour protéger la ville.

On parle d’un fort Napoléonien car il fut restauré et réarmé en 1802 par Napoléon.

Ce fort est constitué d’une cour d’entrée, d’une tour casemate avec voûte annulaire, d’une batterie haute, d’une batterie basse et trois étages d’artillerie. Les Romains avaient déjà établi une tour à cet endroit, tour qui fut transformée par les Anglais en 1544. Ce château des mers était un point stratégique car ouvert directement sur la Manche, il était visible à perte de vue. Cette situation rendit le fort imprenable.

Tombant très vite en ruine à cause des intempéries et de son non-fonctionnement, le fort fut récupéré par des particuliers et restauré. Une fois de plus abandonné et ruiné après la guerre il fut acheté en 1967 pour 1 Fr symbolique par l’association « Les amis du Fort d’ Ambleteuse ».

Grâce à cette intervention ce monument classé Historique est maintenant visitable et vous attend isolé au bord de la Slack et de ses dunes côtières.

Ambleteuse: Le fort Vauban

La Colonne de la Grande Armée

Avenue de la Colonne
62126 Wimille (2 km)

Haute de 53 m 60, la colonne de la Grande Armée a été érigée par les soldats du Camp de Boulogne à la gloire de leur chef Napoléon. La première pierre de marbre a été posée en 1804. La construction que l’on doit à l’architecte Eloi Labarre, ne prit fin qu’en 1840. A l’extrémité de cette colonne se dresse l’Empereur Napoléon en bronze, portant l’uniforme de garde qu’il portait au Camp de Boulogne. L’actuelle statue, haute de 5 mètres pèse 7 500 kg et a été créée par Pierre Stenne mais elle subit de nombreux remplacements. En effet, après les œuvres de Houdon et de Moitte qui furent brisées lors de la chute de l’Empire, c’est le sculpteur Bosio qui réalisa une statue de l’empereur, inaugurée en 1841. Puis, durant la seconde guerre mondiale, la colonne et sa statue furent gravement endommagées. C’est alors en 1950 que l’on commença les restaurations, la statue fut remplacée par celle de Stenne en 1962.

En vous promenant dans le domaine, vous rencontrerez les bustes de Napoléon, du maréchal Soult et de l’amiral Bruix dans la salle des archives mais vous aurez également de découvrir les jardins au pied de la colonne, classée monument historique depuis 1905.

France - Pas-de-Calais - Terlincthun British War Cemetry (Vol 1) et Colonne de la Grande Armée

La Maison de la Beurière

16 rue du Mâchicoulis
62200 Boulogne-sur-Mer (6 km)

Bâti sur le flanc de la falaise, le quartier des pêcheurs boulonnais, la Beurière, a toujours constitué une communauté bien particulière. De plus, c’est un lieu magnifique où les rues en escaliers descendent vers le rivage et le port.

Durant la seconde guerre mondiale, les bombardements subis par ce quartier très peuplé ont dispersé cette communauté. Une seule rue a été préservée presque en totalité : la rue du Mâchicoulis. C’est dans cette rue que se trouve la maison de la Beurière, écomusée qui retrace la vie d’une famille de marins boulonnais du 20e siècle.

En franchissant le seuil de cette authentique maison de pêcheurs construite en 1870, c’est le cœur rempli d’émotions que vous découvrirez :

  • au rez-de-chaussée, l’habitat d’une famille de marins vers 1900 où les meubles et les objets témoignent d’une vie rude et simple,
  • au premier étage, la physionomie et les couleurs passées de ce quartier : photos, objets, costumes vous replongent au cœur de l’histoire de la pêche boulonnaise, du développement de ses techniques et de son port,
  • au dernier étage, la bibliothèque et la médiathèque.

La statue équestre du général San Martín

Promenade San Martin
62200 Boulogne-sur-Mer (6 km)

Surnommé le Libertador, le général José de San Martín est une vraie
figure de l’émancipation des pays d’Amérique Latine alors sous la
domination espagnole comme l’Argentine, sa patrie, le Chili et le Pérou. Après avoir refusé de prendre le pouvoir, il part en Europe avec sa fille, Mercedes, son gendre et ses deux petites-filles.

Persona non grata en France, il élit domicile à Bruxelles. Suite à la
chute de Charles X,  San Martín vient s’installer en France. Suite à une nouvelle révolution et fuyant les émeutes à Paris, il se décide à
partir en Angleterre. C’est à cette occasion qu’il découvre Boulogne.
Sous le charme il y restera jusqu’à sa mort le 17 août 1850.

C’est à l’initiative de quelques compatriotes venus à Boulogne que
l’idée d’un hommage prend racine. Après une récolte de fonds par
souscription aussi bien à Paris qu’à Buenos Aires, la statue de 8,70
mètre de haut est réalisée en 9 mois par le sculpteur Henri Allouard et elle inaugurée le 24 octobre 1901.

Réalisée en bronze sur un piedestal en pierre, elle représente le
Libertador portant un drapeau sur un cheval au trot, avec à ses pieds
“La République” lui offrant une couronne de laurier. De l’autre côté de la statue se trouvent de nombreux symboles martiaux tels que des sabres, des canons ou encore des fusils.

Vous pouvez également vous rendre dans sa résidence boulonnaise qui se trouve au 113 Grande Rue. C’est la Casa San Martín devenue aujourd’hui le musée Libertador San Martín.

Nausicaä

Boulevard Sainte-Beuve
62200 Boulogne-sur-Mer (6 km)

En passant par Boulogne-sur-mer, venez plonger au cœur du fascinant océan sur terre, Nausicaä, véritable lieu de culture scientifique et technique du milieu aquatique.

Nausicaä se veut un site de découverte du monde marin, offrant des visites pédagogiques, ludiques et scientifiques.

Au travers d’aquarium géants, de mises en scènes et d’effets spéciaux surprenants, vous partirez à la rencontre des manchots sur leur plage, en passant par la forêt immergée de Guyane ou d’Amazonie avec les caïmans ou encore les piranhas. Vous aurez également l’occasion d’explorer les récifs coralliens des tropiques après avoir caressé les raies du bassin tactile. Beaucoup d’autres vous attendent… notamment les lions de mer de Californie, entraînés devant vos yeux, ou encore les impressionnants requins qui bouleverseront votre perception des océans.

Depuis son ouverture en 1991, Nausicaä consacre, de nombreuses expositions et animations à la sensibilisation du public pour la protection et la bonne gestion des océans. En effet, le centre national de la mer trouve son intérêt dans la découverte de la mer pour ses visiteurs, mais également dans l’éducation et dans une mission très importante pour le futur de la planète : inviter tous ses visiteurs à agir pour la préservation des océans, grandes réserves de la biodiversité.

Idéale en famille, la visite peut se ponctuer d’une petite détente au sein des différents espaces de restauration mis à votre disposition ou de la boutique-librairie.

Nausicaä accueil également les incentives d’entreprises au sein de sa surprenante structure.

#nausicaa

La Basilique Notre-Dame de l'Immaculée Conception

2 Parvis Notre Dame
62200 Boulogne-sur-Mer (6 km)

En 636, une nacelle avec une statue en bois de la Vierge tenant l’enfant Jésus fut découverte dans l’estuaire de la Liane. Elle fut déposée dans une chapelle de la haute-ville construite sur l’emplacement d’un temple romain.

En 1100, c’est dans le but d’accueillir plus de pèlerins venus rendre hommage à la vierge que la comtesse Ide de Boulogne décida de faire ériger une église et une crypte de style gothique à la place de la chapelle.

Après avoir reçu la suzeraineté du comté de Boulogne en 1478 par Louis XI, la vierge et sa cathédrale ont connu nombres de dégradations à cause des guerres avec l’Angleterre et celles de religions du 16e siècle. En 1793, les révolutionnaires brûlent cette antique image de la Vierge : il n’en reste aujourd’hui qu’un fragment de main conservé dans un reliquaire. Cinq ans après, la cathédrale est entièrement rasée.

C’est grâce à l’abbé Haffreingue que la basilique fut reconstruite entre 1827 et 1857 inspirée de St Pierre de Rome. En 1866, elle sera consacrée cathédrale « Notre Dame et St Joseph » et une nouvelle statue en bois de chêne de la vierge sera sculptée.

Depuis 1854, de la fête de l’Assomption au dernier dimanche d’Août, la station annuelle de Notre Dame de Boulogne, qui se conclut par la grande Procession à travers les rues de la ville, continue à attirer bien des pèlerins de la région et d’ailleurs.

Il est difficile de manquer lors de la visite, le dôme haut de 88 m, la chaire en chêne sculpté du style Louis XV, la Vierge Couronnée, la Chapelle du Sacré-Cœur avec ses marbres. La crypte de la cathédrale est l’une des plus vastes de France avec ses 128 m de long et 42 m de large ; elle est également une incontournable de la visite.

Basilique Notre Dame de l'Immaculée

Le Château-Musée

Rue de Bernet
62200 Boulogne-sur-Mer (6 km)

Créé en 1825, le musée est aujourd’hui installé dans le château comtal construit au 13ème siècle par Philippe Hurepel.

Au travers des souterrains gallo-romains, de la salle des Gardes ou encore de la salle de la Barbière, vous pourrez y admirer de riches collections, dont certaines sont uniques en Europe. La collection de vases antiques grecs est la plus importante de France après celle du Louvre.

Premier château fort sans donjon, il fut transformé en caserne sous François Ier. Puis utilisé comme prison, la ville le racheta en 1974 pour y inaugurer son musée municipal en 1988.

Classé monument historique, le château-musée offre plus de 5000 m² de galeries où sont exposés de magnifiques faïences françaises et étrangères, de jolies porcelaines, des peintures et sculptures (Rodin, Barye, Carpeaux …) du Moyen Âge et de la Renaissance ainsi que des tableaux de maîtres du XIXème que la Côte d’Opale a inspirés (Boudin, Corot …).

A découvrir également :

  • Les antiquités égyptiennes : une momie et le cercueil médian du nautonier Néhemsimontou (VIIIème avant J.C.), le sarcophage de la chanteuse d’Amon (XXème et XXIème dynastie), des barques et statuettes funéraires…
  • Les antiquités gallo-romaines : bases de colonnes, bas reliefs funéraires, sarcophages en pierre, statuettes de bronze, …
  • La collection de l’explorateur Alphonse Pinart qui rassemble des outils, des armes et de très beaux masques en bois sculpté provenant de différentes tribus esquimau et aléoutes d’Alaska.
  • La collection de verreries : les vitrines 12 et 13 du musée contiennent de lourdes bouteilles bleues du Haut-Empire et des œuvres d’art du Bas-Empire provenant des ateliers de Cologne et de Trèves.
  • La collection de céramiques : poteries vernissées et faïence de Desvres, de Boulogne et de Delft des XVIIème et XVIIIème siècles.
  • Les objets océaniens dont une pirogue de guerre Maorie (Nouvelle Zélande).
Boulogne's castle - Château de Boulogne sur Mer

Le Beffroi

Place Godefroy de Bouillon
62200 Boulogne-sur-Mer (6 km)

D’une hauteur de 47 mètres, le beffroi domine la vieille ville de Boulogne sur Mer. Donjon du premier château des comtes de Boulogne avant sa reconversion en beffroi, cette construction massive force le respect et suscite l’intérêt.

En effet, l’évolution architecturale du plus ancien édifice de la cité témoigne de l’histoire intense du premier port de pêche français :

  • Au XIIe siècle, ce fut une base romane supportant huit grandes baies à arc brisé et une flèche en chaume.
  • Le siècle suivant, le roi Louis IX ordonna la démolition de la partie haute après le refus des bourgeois boulonnais de financer les croisades.
  • Suite à un incendie en 1712, l’ancien toit couronné de lucarnes est substitué par l’étage octogonal actuel en 1920.
  • En 1933, les habitations qui l’emprisonnait furent détruites.

Tour de guet, prison, clocher… le beffroi remplissait alors toutes ses fonctions défensives jusqu’au décès du dernier guetteur en 1931.
Désormais, le beffroi accueille un musée présentant une collection de statuettes gallo-romaines et de meubles anciens de facture boulonnaise.

Classé monument historique en 1926, il se trouve aujourd’hui enserré par l’hôtel de ville en pierre et brique rose construit au 18e siècle. C’est dans ce dernier que l’on trouve les armoiries de la ville sculptées sous le toit ainsi que de très belles salles comme « la salle des Gouverneurs » et « la salle des mariages » ouvertes au public.

Des visites guidées sont disponibles en Français, en Anglais et en Allemand sur demande à l’office du tourisme.

Beffroi

Le Musée du Mur de l’Atlantique

Batterie Todt
62179 Audinghen (9 km)

Audinghen, ayant un emplacement stratégique, avait été sérieusement fortifié par les allemands, d’où la présence d’un blockhaus (l’un de leur sept plus gros ouvrages), aujourd’hui aménagé en musée. Ce musée se situe à 1 km d’Audinghen et dispose d’un accès fléché depuis le cap Gris-Nez.

Inaugurée le 20 janvier 1942, la batterie fut très active durant le reste de la seconde guerre mondiale envoyant des obus jusqu’aux côtes anglaises. Des reconstitutions vous permettrons de vous rendre compte de la dure vie menée par les soldats allemands à cette époque.

Le musée propose essentiellement une impressionnante collection d’armes et d’uniformes (2 000 pièces) dont la pièce majeure est un canon allemand d’artillerie marine de 280 mm, construit par Krupp en 1942 en 25 exemplaires. Il s’agit d’un des seuls retrouvé dans le monde. Dans dix salles, sont également répartis nombre d’affiches et de matériels en tout genre témoignant de l’atrocité de cette sombre période.

A côté du musée, le restaurant panoramique “la Sirène” est le point de départ de plusieurs sentiers de découverte du milieu naturel du Cap.

Todt Battery Museum - 03 06 2009 -136

Le Château de Pont de Briques

62360 Saint-Léonard (9 km)

Construit vers 1640, le château de Pont-de-Briques fut le quartier général de Napoléon 1er de 1803 à 1805, pendant le Camp de Boulogne.

Transformé en orphelinat vers 1900, le château fut sujet à de nombreuses destructions dans le but de le remplacer par un axe routier. C’est en 1974 que la préservation du bâtiment fut acquise grâce à son classement Monument Historique.

Après avoir été longtemps laissé à l’abandon, le château de Pont-de-Briques connaît des restaurations depuis 2000. Le site, réaménagé en un espace muséographique, relate l’histoire du château de ses origines à nos jours en passant par la guerre entre la France et l’Angleterre et la vie de Napoléon à cette époque. Le but étant de la faire connaître du public. La création de la Légion d’Honneur et celle de la Colonne de la grande Armée y sont aussi évoquées.

De plus, ce site est un outil pédagogique puisqu’il permet aux enfants de découvrir une partie de leur histoire oubliée, la symbolique des monuments, ainsi que l’évolution de l’urbanisme du Boulonnais à travers de nombreux plans du Camp de Boulogne.

Le Cap Gris-Nez

62179 Audinghen (9 km)

Situé à 5 km de son jumeau immaculé en craie blanche, entre les communes de Wissant et d’Audresselles, le cap Gris Nez se caractérise par ses grès bruns et ocre ainsi que ses pentes douces.

La falaise du Gris Nez est sculptée par les coups de buttoir des vagues, et surplombe l’océan de 45 m. Depuis le sommet de la falaise, nous apercevons les côtes anglaises, en effet, ce cap n’est qu’à 28 kilomètres de l’Angleterre.

Le Gris Nez est le rail aérien le plus fréquenté d’Europe, ce site est très apprécié des ornithologues, limite naturelle entre la Manche et la mer du Nord, c’est une terre d’asile pour des millions d’oiseaux d’Europe du Nord et ceux des îles Britanniques.

Au bout de la presqu’île parsemée de blockhaus allemands se dresse un phare, haut de 28 m et d’une portée de 45 km, mais également une base souterraine sophistiquée, le CROSSMA, qui est chargée de surveiller ce détroit, le plus fréquenté du monde puisque plus de 500 navires l’empruntent chaque jour.

Une stèle commémorative rappelle le sacrifice du Capitaine de Corvette Ducuing et de ses marins tombés le 25 mai 1940, en défendant le sémaphore contre les blindés de Guderian. On peut également rencontrer les ruines d’une forteresse anglaise que le roi Henri VIII fit construire au 16e siècle.

A marée basse, vous compterez deux bonnes heures pour traverser la baie et rejoindre le Blanc Nez bercé par le bruit des vagues et un vent vivifiant.

cap griz nez coast

Le Château d'Hardelot

Rue de la Source
62360 Condette (14 km)

Situé à la sortie de Condette, le château d’Hardelot fait face au Lac des Miroirs et se trouve au centre d’une forêt très giboyeuse. Édifié au 9ème siècle pour faire face aux invasions Allemandes, il a été restauré au 13ème siècle par Philippe de Hurepel. Il se composait alors de 9 tours médiévales et avait une forme polygonale.

Endommagé, il ne reste qu’une partie de l’enceinte ainsi que les salles de garde occupées par l’actuelle taverne. En 1848, Sir John Hare le rachète puis le fait remanier dans un style néo-gothique Tudor. Son ami Charles Dickens fut souvent de passage dans cette demeure qu’il admirait tant.

Au début du 20ème siècle, le château devient propriété de John Whitley qui esquisse un projet de station balnéaire à partir du château. Cependant, l’attrait des touristes pour la mer l’emporte et la station est déplacée. Le château devient donc de 1958 à 1975, un lieu de séjour pour les Sœurs Ste Agnès d’Arras.

De nos jours, une taverne médiévale est installée dans les anciennes salles de garde. Un sentier de découverte balisé de panneaux retraçant l’histoire du site a été aménagé de manière à pouvoir admirer l’enceinte du château. Ses prisons, ses oubliettes, son chemin de guet et ses souterrains témoignent encore de la vie rude et épique de l’époque.

Chateau de Hardelot

Le Musée Jean-Charles Cazin

84 Grand’place Foch
62830 Samer (18 km)

C’est dans la ville de Samer, à 17 km de Boulogne−Sur-Mer que naquit Jean-Charles Cazin.

A 21 ans, il part étudier le dessin dans la Capitale. Il y rencontre sa femme Marie, sculptrice qui le représentera en bronze dans le Jardin Public de Samer.

Peintre qui s’inspire énormément de paysages comme les quais de Boulogne ou les dunes de Wissant, ses œuvres sont aujourd’hui exposés des États-Unis aux Pays-Bas en passant par Lille. C’est avec sa petite famille qu’il s’installe à Equihen qui sera la principale source d’inspiration artiste des Cazin. Suite à la mort de sa femme, il revend et s’installe à Bormes Les Mimosas dans le Var. Décoré de la Légion d’Honneur puis Commanditeur, il reçoit le grand prix de l’exposition universelle de Paris en 1900.

Le Musée Jean Charles Cazin est inauguré en octobre 1939, et regroupe un grand ensemble d’œuvres de la famille Cazin, au fur et à mesure le musée essaye d’acquérir des céramiques, dessins, gravures et tableaux.

Un vrai témoignage de la vie de cette famille Equihennoise, qui était véritablement inspirée des paysages de notre Côte d’Opale.